AccueilHenri Dutilleux

Henri Dutilleux

 
Henri Dutilleux. Source: Wikipedia

Henri Paul Julien Dutilleux est un compositeur français de musique classique des périodes moderne et contemporaine, né le à Angers et mort le à Paris.

Biographie

Enfance et jeunesse

Henri Dutilleux naît à Angers, en Maine-et-Loire, où ses parents se sont réfugiés pour fuir les bombardements de Douai, berceau de sa famille.

Arrière-petit-fils de Constant Dutilleux, peintre proche d'Eugène Delacroix, il est aussi un proche du peintre Maurice Boitel. Son grand-père maternel, le compositeur Julien Koszul, était quant à lui un ami de Gabriel Fauré.

L'enfance d'Henri Dutilleux se déroule dans le département du Nord. Il entre en 1926 au conservatoire de Douai dirigé par Victor Gallois (Premier prix de Rome 1905) avec lequel il prend des cours d'harmonie et qui décèle ses dons. Il y suit également une formation classique en piano, théorie et contrepoint.

Études

Il entame en 1933 des études au conservatoire de Paris auprès d'Henri Büsser (composition), Jean Gallon (harmonie), Noël Gallon (contrepoint et fugue), Philippe Gaubert (direction d'orchestre) et Maurice Emmanuel (histoire de la musique). Durant ses études musicales, il est dans la même classe que Maurice Baquet, Henri Betti, Paul Bonneau, Léo Chauliac, Louiguy, Pierre Spiers et Raymond Trouard. Il remporte en 1938 le Premier prix de Rome, avec la cantate l'Anneau du Roi. Avant de partir pour la guerre en 1939, il approfondit intensément son étude de la musique de d'Indy, de Stravinsky et de Roussel.

Carrière

Pendant la guerre, il adhère au Front national des musiciens, organe de la Résistance, et compose clandestinement en 1944 la Geôle sur un sonnet du poète résistant Jean Cassou, alors emprisonné à Toulouse. En 1942, Dutilleux assume pour quelques mois les fonctions de chef de chœur de l'Opéra de Paris et, en 1944, il est au service de la Radiodiffusion française, où il est responsable du Service des illustrations musicales. Il quitte ce travail en 1963 pour pouvoir se consacrer entièrement à la composition. En 1961, il est appelé par Alfred Cortot comme professeur de composition à l'École normale de musique de Paris, dont il assure la présidence après la mort du fondateur, et où il eut comme élève le compositeur et organiste André Jorrand, puis, à partir de 1970, il est professeur associé au Conservatoire. Il donne également des cours dans le cadre du Festival de Tanglewood, invité par Seiji Osawa.

Il épouse le 17 septembre 1946 à Paris la pianiste Geneviève Joy, qui fut longtemps sa principale interprète. Il vécut avec son épouse, entre 1981 et 2010, à Candes-Saint-Martin, en Indre-et-Loire, dans une maison qu'ils léguèrent à la commune qui va lui redonner vie avec le piano à queue de Geneviève Joy, la bibliothèque Dutilleux et la rénovation de leur salon de musique. Fréquemment au répertoire de l'Orchestre national Bordeaux Aquitaine sous la direction de Hans Graf, son nom est donné, en son hommage, à la grande salle de l'auditorium de Bordeaux, inauguré en janvier 2013,.

Postérité

Il meurt le , laissant derrière lui une œuvre majeure, abondamment jouée de son vivant partout dans le monde, faisant l'unanimité et considérée comme déjà classique,,,,. Sa disparition est évoquée « en moins de vingt secondes en fin de journal » par la chaîne de télévision française TF1. Il est inhumé le 27 mai au cimetière du Montparnasse auprès de son épouse. Auparavant une messe est célébrée à 10 h 30 à l'église Saint Louis en l'Île avec la participation du Quatuor Rosamonde et des Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly - The Paris Boys Choir (direction François Polgár).

À partir d'avril 2015 a lieu une polémique au sujet de l'inauguration d'une plaque commémorative sur l'immeuble du 12, rue Saint-Louis-en-l’Île où il habitait, dans le 4e arrondissement de Paris. Le maire PS Christophe Girard déclare relever des « faits de collaboration avec le régime de Vichy », qui rendraient l'installation de la plaque non appropriée pour l'instant, faisant allusion à la composition d'une musique d'un film à la gloire des sportifs, commandité par le régime de Vichy et à la nécessité d'avoir un complément d'informations. Bien que le Comité historique de la Ville de Paris, chargé d'instruire ce type de demande, se soit prononcé pour l'apposition de cette plaque dans un document rendu en juillet 2014, à la mairie de Paris, Karen Taieb, conseillère municipale du 4e arrondissement s'oppose lors d'un conseil municipal, en mars 2015, à l'apposition de cette plaque, d'où l'attitude du maire du 4e et de la mairie de Paris.

Ces propos déchaînent une réaction considérable dans les réseaux sociaux et le milieu musical, où Dutilleux est au contraire connu pour son humanisme et son engagement dans la Résistance. La plaque a finalement été apposée le 22 septembre au cours d'une cérémonie qui, à son tour, a provoqué une polémique en raison des deux discours prononcés par les édiles municipaux[réf. souhaitée].

Distinctions et récompenses

Bien qu'il ait obtenu en janvier 2004 la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur (la plus haute distinction que décerne l’État), ses obsèques se sont déroulées en l’absence de tout représentant de l’État.

Henri Dutilleux a reçu le prix Ernst von Siemens le (à l'âge de 89 ans). Ce prix, considéré comme le « Nobel de la musique », a récompensé, selon le jury, « un des grands artistes de la musique française contemporaine » dont la production « organique » se distingue par sa « clarté poétique ». Henri Dutilleux est le troisième compositeur français (après Olivier Messiaen et Pierre Boulez) honoré par ce prix, qui a été attribué la première fois, en 1974, à Benjamin Britten.

Depuis 1973, il est membre associé de l’Académie royale de Belgique, et, depuis 1981, membre honoraire de l’American Academy and Institute of Arts and Letters de New York. Il est aussi membre honoraire de l’Accademia Nazionale Santa Cecilia (1993) ainsi que de la Royal Academy of Music de Londres (1996) et de la Bayerische Akademie der Schönen Künste de Munich (1998). Le Grand Prix Antoine Livio de la Presse musicale internationale lui a été décerné en 1999. En 2010, il devient parrain d'honneur de l'organisation non gouvernementale d'aide à l'enfance en Équateur Ecuasol.

Grand prix national de la musique en 1967 pour l'ensemble de son œuvre.

Il est lui-même membre du jury du « prix de composition Tōru Takemitsu » en 1997.

Œuvres principales

Essentiellement orchestrale, son œuvre ne comporte qu'un nombre relativement restreint de pièces, qu'il a composées sans toutefois renoncer à les remanier.

Œuvres orchestrales

  • Trois tableaux symphoniques (1945), musique de scène d'après Les hauts de Hurlevent : Dans la lande, La marche du destin, Épilogue : la mort de Cathy. Création à Paris au Théâtre Hébertot
  • Symphonie no 1 (1951)
  • Le Loup (1953), ballet écrit pour la compagnie Roland Petit
  • Symphonie no 2 « Le Double » (1959), où un groupe réduit d'instrumentistes répond à un grand orchestre. Commande de la Fondation Koussevitzky pour l'Orchestre symphonique de Boston, direction Charles Münch
  • Métaboles (1965), cinq pièces pour orchestre, commande de l'Orchestre de Cleveland, direction George Szell
  • Timbres, espace, mouvement ou La Nuit Étoilée (1978), pour orchestre, inspiré du tableau éponyme de Vincent van Gogh
  • Mystère de l’Instant (1989), pour cymbalum, orchestre de 24 ou 48 cordes et percussions. Commande de Paul Sacher pour le Collegium Musicum de Zurich
  • The Shadows of Time (1997), pour orchestre et voix d'enfants. Commande de l'Orchestre symphonique de Boston, direction Seiji Ozawa.

Œuvres concertantes

  • Tout un monde lointain… (1970), pour violoncelle et orchestre, inspiré de poèmes de Charles Baudelaire. Commande de Mstislav Rostropovitch
  • Concerto pour violon ou L’Arbre des Songes (1985). Commande de l’Orchestre national de France pour Isaac Stern, direction Lorin Maazel
  • Sur le même accord (2002), nocturne pour violon et orchestre, dédié à Anne-Sophie Mutter.

Musique de chambre

  • Sarabande et Cortège (1942), 2 pièces pour basson et piano
  • Sonatine pour flûte (1943)
  • Sonate pour hautbois (1947)
  • Choral, Cadence et Fugato (1950), pour trombone ténor et piano. Commande du conservatoire national de Paris.
  • Quatre figures de résonances (1970-1976) pour deux pianos
  • Ainsi la nuit (1977), pour quatuor à cordes. Commande de la Fondation Koussevitzky pour le Juilliard String Quartet
  • Les Citations (1991), pour hautbois, clavecin, contrebasse et percussions.

Œuvres pour soliste

Piano

  • Au gré des ondes (1946), six petites pièces pour piano
  • Bergerie (1947)
  • Sonate pour piano (1948), créée par son épouse Geneviève Joy
  • Blackbird (1950)
  • Tous les chemins... mènent à Rome (1961)
  • Résonances (1965)
  • Quatre figures de résonances (1970), pour deux pianos
  • Petit air à dormir debout (1981)
  • Mini-prélude en éventail (1987)
  • Trois préludes : D'ombre et de silence (1973) ; Sur un même accord (1976) ; Le Jeu des contraires (1988)

Violoncelle

  • Trois strophes sur le nom de Sacher (1976-1982), pour violoncelle solo. La première partie a été écrite en 1976 dans le cadre d'un hommage à Paul Sacher. Les deux autres ont été ajoutées ultérieurement. Création de l'œuvre complète le à Bâle par Mstislav Rostropovitch

Œuvres vocales

  • Chanson au bord de la mer (1938), pour voix et piano, texte de Paul Fort.
  • Quatre mélodies, sur des poèmes de R. Genty, E. Borsent, A. de Noailles, A. Bellessort, (1941-1942) pour baryton ou mezzo soprano, piano ou orchestre.
  • La Geôle (1944), pour baryton ou mezzo-soprano et orchestre ou piano, poème de Jean Cassou. Création le par l'Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire, sous la direction de André Cluytens à Paris.
  • Chanson de la déportée (1945).
  • Éloignez-vous (1954), pour baryton et orchestre ou piano.
  • Deux sonnets de Jean Cassou (1955), pour baryton ou soprano et orchestre ou piano.
  • Chansons de bord (1954), ensemble de dix chansons harmonisées pour chœur d'enfants à trois voix.
  • San Francisco Night (1963), pour soprano et piano, poème de Paul Gilson. Création le à New York au Carnegie Hall.
  • Correspondances (2003), pour voix et orchestre, cycle de cinq mélodies dédié à la soprano Dawn Upshaw sur des textes de Prithwindra Mukherjee, Soljenitsyne, Rilke et Vincent van Gogh. Commande de l'Orchestre philharmonique de Berlin, direction Sir Simon Rattle.
  • Le Temps l'horloge (2007-2009), pour voix et orchestre, dédié à la soprano américaine Renée Fleming sur des textes de Jean Tardieu et Robert Desnos. Commande conjointe de l'Orchestre symphonique de Boston, de l'Orchestre national de France et du festival Saito Kinen. Création le par l'Orchestre international Saito Kinen sous la baguette de Seiji Ozawa (trois premières mélodies). Création complète avec interlude orchestral et Enivrez-vous sur un poème de Baudelaire le par Renée Fleming et Seiji Ozawa à Paris.

Musique de film

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Pierrette Mari, Henri Dutilleux, Zurfluh, , 196 p. (ISBN 978-2877500531)
  • Daniel Humbert, Henri Dutilleux : l'œuvre et le style musical, Slatkine, , 256 p. (ISBN 978-2051007009)
  • Claude Gayman, Mystère et mémoire des sons, Actes Sud, coll. « Beaux Arts », , 275 p. (ISBN 978-2-7427-1476-6)
  • (en) Caroline Potter, Henri Dutilleux : His Life and Works, Routledge, , 256 p. (ISBN 978-1859283301)
  • Maxime Joos, La perception du temps musical chez Henri Dutilleux, L'harmattan, coll. « Univers Musical », , 256 p. (ISBN 978-2738477514)
  • Jeremy Thurlow, La musique des songes, Millenaire III, , 274 p. (ISBN 978-2911906138)
  • Martine Cadieux, Constellations : Entretiens, Michel de Maule, coll. « Musique », , 168 p. (ISBN 978-2876231818)
  • Nicolas Darbon, Henri Dutilleux : Entre le cristal et la nuée, , 162 p. (ISBN 978-2916738031)
  • Pierre Gervasoni, Henri Dutilleux, Actes sud, coll. « Musique », , 1760 p. (ISBN 978-2-330-05772-5)

Liens externes

  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : Encyclopædia Britannica • Encyclopædia Universalis • Gran Enciclopèdia Catalana • Swedish Nationalencyklopedin • Munzinger Archiv • Who's Who in France
  • Ressources relatives à la musique :
    • BBC Music
    • B.R.A.H.M.S.
    • Carnegie Hall
    • MusicBrainz
    • Muziekweb
    • (en) Discogs
    • (de) Komponisten der Gegenwart
    • (en) Songkick
  • Ressource relative à l'audiovisuel :
    • (en) Internet Movie Database
  • Discographie d'Henri Dutilleux (Centre de Documentation de la Musique Contemporaine)
  • « Henri Dutilleux », sur le site de l'Ircam
  • Article en hommage à Henri Dutilleux
  • Extraits d’archives sonores d’œuvres de Henri Dutilleux, sur ContemporaryMusicOnline (portail de la musique contemporaine).


  • Portail de la musique classique
  • Portail du monde contemporain
  • Portail de la France

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Henri Dutilleux de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste